Les témoins de l'enfer cybersexuel Les témoignages de sexoliques Les témoignages des conjoints   Les témoignages de ceux qui décrochent
Temoignages de pornodependants name=
Faites le Test pour savoir si vous êtes  accro ou non à la Pornographie
Pour commencer à décrocher
Si vous rechutez ne perdez pas espoir
Tous les conseils pour décrocher
Le sevrage de A à Z
Tout sur la sexualité compulsive
Les fantasmes et la Réalité
Dépendance au Chat sur internet
L'enfer du cyber sexe
La pornographie, sujet tabou ?
Venez rejoindre les dépendants et conjointes de dépendants pour partager cette addiction
 
 

Acheter Les dangers du sexe sur Internet



Tous les témoignages sont authentiques. Seules les fautes d'orthographe ont été corrigées.
Le nom des internautes et leur email ont été masqués afin de préserver leur vie privée.

ACCRO A LA PORNOGRAPHIE ?
On peut s'en sortir !


dependance

Partager

Prendre le cybersexe au sérieux
De plus en plus jeunes
Je craque souvent quand je suis seul
Je ressens ce manque dont vous parlez
Remplacer le mot "pervers" par "dépendant"
Je suis complètement désespéré


Prendre le cybersexe au sérieux

"Message d'un presqu'accro: je viens de découvrir votre site et je vous félicite du contenu presqu'entièrement objectif. Ça sent un tantinet le moralisme, mais j'ai visité bien pire. Je suis un homme dans la vingtaine qui surfe quelque fois sur internet pour visiter des sites à caractère pornographique. Vous disiez que la problématique s'installe lorsqu'on ne peut plus s'en passer, or je choisis bien mes moments pour aller sur ce genre de sites et je peux m'abstenir d'y aller pendant des semaines sans ressentir la moindre envie d'y retourner; cependant lorsque l'envie me prend et que le moment est opportun, j'y vais, j'assouvis mes envies et voilà c'est fini. Dans vos réponses et votre site en général vous adoptez un ton quelque peu accusateur comme si ce serait vraiment MAL de visiter ces sites. Je cerne mal les fameuses limites du mal. Je suis d'accord néanmoins sur un point celui où vous dites qu'il n'y a que le partage corporel entre deux personnes qui ressentent les mêmes sentiments qui vaut vraiment une relation saine. En d'autres mots, les branlettes devant mon ordinateur ne vaudront jamais les plaisirs charnels avec ma douce moitié. Ce que j'aime du porno c'est que c'est différent. J'ai déjà abordé le sujet vaguement avec ma copine et jamais elle ne m'a jugé dans mes pratiques; et dites-vous bien que même si j'irais chaque jour, ce qui n'est pas le cas, et bien jamais un site porno ne remplacera ma copine et ce qu'elle m'apporte. Je terminerai en disant que je cerne mal ce qui est correct ou incorrect selon vous. Visualiser ses fantasmes n'est selon moi aucunement mal et même que ça donne des idées pour les futurs moments de tendresse avec sa copine. Il est vrai qu'il faut prendre le cybersexe au sérieux, que consommer 15 heures de porno par semaine peut nuire au couple, mais les sites pornos n'ont pas seulement des côtés négatifs, au contraire ils stimulent l'imagination et agrémentent les soirées osées.

R: Si vous avez fait le test, vous devez savoir si vous êtes accro ou pas, n'est-ce pas? Apparemment, vous êtes un "presqu'accro" comme vous le dites, mais qui vous dit que vous allez en rester là ? Quand j'avais 20 ans, j'allais voir un film "de cul" une fois tous les 2 mois et parfois j'achetais une revue style Playboy. Mais lorsque les sex shops ont ouvert un peu partout dans les villes, beaucoup d'hommes de ma génération sont devenus de fidèles clients. Toutefois les visites restaient encore rares. De nos jours, Internet ne met aucune barrière, ni dans le temps, ni dans les fantasmes qui sont de plus en plus sordides (pédophilie, zoofilie, scatophilie) et c'est ce qui est "mal". Le porno en soi n'est pas "mal", c'est ce que l'on en fait qui l'est car il peut être dangereux de s'y accrocher, tant pour soi-même que pour les partenaires (lisez les témoignages des femmes et vous verrez).
Quant à affirmer que "même si j'irais chaque jour ... jamais un site porno ne remplacera ma copine et ce qu'elle m'apporte", à votre place je réfléchirais un peu car là vous passeriez de presqu'accro à accro tout court !


Orroz


De plus en plus jeunes

"Je viens de lire avec beaucoup d'intérêt les pages de votre site. Je crains que comme les autres je fasse partie de ces dépendants. C'est toujours surprenant de se reconnaître dans les descriptions des autres. Dans tous les cas, si j'ai fait la recherche pour arriver sur votre site, c'est bien que j'ai conscience qu'il va falloir faire quelque chose.

R: Vous avez fait le premier pas, c'est le plus important !

Je passe de plus en plus de temps sur le net, à regarder des adultes de + en + jeunes. D'ou la crainte de sombrer dans la pédophilie. Pendant les jours de travail, je trouve le moyen de rentrer chez moi à l'heure du déjeuner pour être seul à surfer. Dès que je suis seul, en avant sur le net...

R: Le piège...

Il est vraiment temps de réagir. Ce matin, j'ai supprimé toutes les photos, vidéos et favoris sur mon micro. Non sans avoir pris la peine d'en profiter encore avant la destruction!!!. On ne se refait pas !!

R: Non, c'est normal! Comme le fumeur qui décide d'arrêter mais qui savoure une dernière fois ce qui lui a fait plaisir jusqu'à présent : la première taf... et uniquement celle-là, d'ailleurs, car le reste c'est juste la dose de drogue qui confine à la dépendance ! Comme pour le porno...

Maintenant, il faut très vite que je trouve de l'aide pour m'accompagner. Comment trouver un psychothérapeute sérieux ? Ils m'ont toujours eu l'air d'escrocs ces gens là ? Merci."

R: En cherchant, tout simplement! Demandez dans votre entourage mais testez-le (ou la) en abordant très vite le problème. Demandez-lui de vous aider à traiter les origines de cette dépendance. Si vous voyez qu'il tente uniquement de vous déculpabiliser, changez de psy. Vous finirez par en trouver un bon...
Si vous avez besoin d'en parler en attendant, je suis à votre écoute... dans la mesure où vous n'abuserez pas, bien entendu !


Orroz



Je craque souvent quand je suis seul

"J'ai parcouru votre site et je suis soulagé de constater qu'il existe des solutions face à ce problème qui me pourrit la vie. Je veux changer, j'ai pris conscience qu'à cause de cela, je pourrais perdre ma copine qui est tout pour moi et le fait d'y penser me déprime, je pleure pendant des heures. Penser que je pourrais la perdre me rend malade. J'ai très peur de retomber dans ce vice et je ne sais pas trop par quoi commencer. Ce n'est pas encore de l'obsession, parfois je craque, regarde des sites, et ça s'enchaine à partir de là ( 1 ou 2 semaines). Je craque souvent quand je suis seul devant mon pc. J'ai déja eu une crise avec ma copine qui était tombée sur des vidéos, et j'ai failli la perdre. Je sais que je la perdrai définitivement si je ne guéris pas. Je veux vraiment en sortir, je vous demande de l'aide, je vis un cauchemar, je culpabilise sans arrêt, suis fatigué, ai peur de me retrouver seul....
Je compte beaucoup sur votre aide. Merci beaucoup."

R: Ne vous en voulez pas, la culpabilité ne fait que renforcer le sentiment d'impuissance. Je vous conseille de lire les pages de mon site, de les imprimer même, et surtout de vous inscrire sur le Forum. Il y a tous les conseils que vous pouvez chercher mais il faut bien entendu les APPLIQUER !
Bon courage !


Orroz


Je ressens ce manque dont vous parlez

"J'ai 25 ans, je suis grand sportif et en général je plais aux filles, seulement voilà, aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours eu une attirance presque hypnotique pour tout ce qui touche à la pornographie, cela a mis son temps pour s'installer mais petit à petit j'ai développé une dépendance. Aujourd'hui et depuis 7 ans environ, je télécharge des vidéos à caractère pornographique. Je ne peux pas dire que ce soit à une fréquence régulière, ce serait plutôt par période mais le fait est que je ressens ce manque, cette honte et cette haine que vous décrivez si bien. Personne n'est au courant de tout ceci, mais j'ai déja ruiné mon couple avec mon ex et je suis en train de faire de même avec mon amie actuelle.
Ce n'est que très récemment que j'ai découvert votre site, et j'ai par là-même pris conscience de ce que je savais au fond de moi, ça ne peut plus durer.
J'ai donc décidé d'arrêter et j'aimerais avoir des conseils pour y parvenir, ainsi que quelques éléments sur la perte de désir pour son partenaire: est-ce immuable car effectivement nous ne faisons plus beaucoup l'amour par ma faute; j'ai l'impression d'avoir dilapidé mon capital désir avec ces conneries, et que même mes sentiments en souffrent, je ne sais même plus si je l'aime...
Peut-être avez-vous des conseils à me donner, ou des avis sur les pièges à éviter."

R: Les conseils sont sur les pages de mon site, mais il faut prendre le temps de les lire, et plus particulièrement les pages suivantes : decrocher_du_sexe et
conseils_decrocher.htm


"Je suis malade quand je pense à la manière dont je suis en train de blesser mon amie mais c'est plus fort que moi, j'ai l'impression d'avoir une double personnalité. Je pense avoir fait un pas en réalisant que je suis "malade"; en m'avouant que quelque chose ne tourne pas rond chez moi et c'est la raison d'étre de cette lettre. La route est devant moi et j'ai peur de ce qui m'attend.
Merci d'être à l'écoute."

R: Quand vous parlez de "double personnalité" vous tombez pile ! C'est exactement comme si, durant le processus qui est décrit sur la page cercle_vicieux, l'accro était une personne différente (et ENNEMIE même) de la personne qu'elle est en temps normal. Cette dépendance crée en fait une sorte de schizophrénie. C'est pourquoi il est urgent que vous changiez...
N'ayez pas peur et dites-vous bien que vous SAVEZ maintenant, aussi suivez les conseils de mon site et surtout APPLIQUEZ-LES ! Je reste à votre écoute, OK?
BON COURAGE !


Orroz


Remplacer le mot "pervers" par "dépendant"

"Tout d'abord merci Orroz, ton site est une vraie merveille car on peut y entendre à haute voix ce que l'on pense secrètement, et rien que ça est une thérapie en soi.
Pour faire bref, j'ai toujours vécu avec ce trouble sexuel, depuis l'adolescence,mais j'ai du attendre d'être confronté à mon premier amour à 23 ans pour comprendre ou j'en etais. J'ai passé un an à cacher à mon amie le pourquoi de mes pannes sexuelles, j'etais en fait totalement déconnecté de la réalité amoureuse et charnelle, avec en plus la honte d'en parler mais un jour elle l'a découvert en utilisant mon PC.
Après cette horrible soirée (dont je me souviendrai toute ma vie) j'etais completement déboussolé, sans aide et sans repère, persuadé d'être un obsédé, un pervers infame: dophile et zoofile...
Là, dans l'espoir de comprendre, j'ai consulté un psy mais il n' a pu m'apporter la parole dont j'avais besoin, il m'a juste permis de pouvoir trouver les mots pour en parler. Le vrai éclairage m'est venu en visitant ton site, il m'a permis de remplacer le mot "pervers" par "dépendant", chose dont je ne me rendais même pas compte !!!
Depuis (ca fait 8 mois) je lutte contre ce problème, j'ai réussi à tenir 3 mois d'abstinence puis ma volonté a flanchée sans que je m'en rende compte... tout doucement... et j'ai recommencé à télécharger des films sous emule mais avec l'idée de pas regarder de trucs crades (j'avais donc encore un peu d'esprit critique) mais évidement une fois qu'on a mis le doigt dedans, c'est foutu !!!!"

R: Voilà, maintenant vous êtes au courant! C'est comme la cigarette, mais en plus pervers (comme une drogue dure, en fait) car cette dépendance affecte tous les domaines de la vie et surtout le psychisme en créant comme une double personnalité. Mais une rechute est souvent l'occasion de PRENDRE CONSCIENCE de ce qui amène à recommencer. Vous deviendrez de plus en plus vigilant, vous verrez...

"Pour préciser il faut dire que nous n'avons plus aucune relation... elle a peur de moi, peur de ce que je veux/peux faire, ayant un mal fou à me sentir libéré avec elle, j'ai toujours peur de ne pas y arriver, et du coup je lui ai fait subir les pires humiliations (éjaculations précoces, impossibilité de finir... et des pires encore...)"

R: Très souvent, le dépendant sexuel est un timide qui a... peur des femmes, et c'est pour cela qu'il met un écran virtuel entre lui et elles car c'est plus facile. Mais évidemment, c'est de l'illusion...

"Depuis 2 mois (ou elle a redécouvert ma rechute) je me sens piégé entre 2 choses : d'un coté cette pornographie qui me tue à petit feu mais au travers de laquelle j'ai une "sexualité" (plutôt un assouvissement de mes pulsions) et de l'autre une abstinance bénéfique de laquelle je tire une grande fierté mais sans trouver un echo semblable dans ses sentiments. Je suis donc doublement abstinant, devant la pornographie mais également par rapport à elle... j'en suis à avoir des pulsions de la caresser pendant qu'elle dort, de me frotter contre elle, de son sexe, dont l'image me revient de facon obsédante... je ne sais plus quoi faire par rapport à ça.... elle m'a dit de ne plus jamais lui parler de ce que je ressentais par rapport à ça, même une "bonne" nouvelle comme la réaffirmation de mon abstinance, ne lui va pas... elle veut la normalité c'est tout!

R: C'est le temps qui passe qui arrange les choses. Soyez patient avec elle et montrez-lui que vous l'aimez (en lui achetant des fleurs ou un cadeau de temps en temps) mais SANS ATTENDRE DE RETOUR. Elle finira par ressentir que vous l'aimez sincèrement. La "normalité" pour elle c'est que vous soyez de nouveau amoureux d'elle, qu'elle puisse le lire dans vos yeux, dans vos gestes de tendresse.

"Mais comment passer d'un coup d'un seul, sans étapes à ma renaissance ?..
J'ai recommencé depuis 2 mois, un strict contrôle de ce que je vois/pense/imagine ; pour l'instant tout va bien (j'ai juste fait une recherche sur internet... et je m'en veux!!!)

R: C'est bien! vous avez réussi à stopper à temps. Mais ne vous en voulez pas, la culpabilité ne fait que renforcer le sentiment d'impuissance.
Bon courage !


Orroz



Je suis complètement désespéré

"Je suis une personne que vous avez déjà contactée sur Rouen. Je suis retombé dans la dépendance ces derniers mois et je n'ai pas tenu + de 40 jours, impossible. Cela crée chez moi de la déprime et dépression. Ceci dit, je viens de prendre une décision ferme et définitive; je l'espère car j'en ai tellement pris et je suis malheureusement retombé dedans (la dépendance). Pourriez vous me redonner espoir car je l'avoue je suis complètement désespéré. J'en ai parlé à mon épouse (de ma décision d'arrêter) mais elle ne peut pas porter ce poids-là, c'est trop dur et je la comprends, elle me trouve courageux et ne m'accuse pas, c'est déjà ça. Merci."

R: Vous avez la chance d'avoir une épouse compréhensive, mais justement ne la décevez pas cette fois-ci et prenez RDV avec un psychothérapeute. Vous avez le droit d'échouer, aussi ne culpabilisez pas. Commencez par retrouver l'origine de la rechute ; rappelez-vous... un manque, une déception, l'ennui ? Relisez les pages de mon site, elles sont pleines de conseils et de témoignages dans lesquels vous pouvez trouver des solutions. Et surtout inscrivez-vous sur le Forum, vous y trouverez de l'aide et des conseils de la part des dépendants et de leurs conjoints.
Courage ! Le défi est d'importance, et la libération est difficile car elle demande du temps, mais ça vaut vraiment le coup car lorsqu'on est enfin libéré, la vie devient plus lumineuse, on retrouve confiance en soi, le goût de vivre, de rire aussi. Accordez-vous du temps, et vous réussirez.
Bon courage !


Orroz


Partager

(© Orroz 2003-2013)

 



Le Livre d'Orroz