Les témoins de l'enfer cybersexuel Les témoignages de sexoliques Les témoignages des conjoints   Les témoignages de ceux qui décrochent
Temoignages de pornodependants name=
Faites le Test pour savoir si vous êtes  accro ou non à la Pornographie
Pour commencer à décrocher
Si vous rechutez ne perdez pas espoir
Tous les conseils pour décrocher
Le sevrage de A à Z
Tout sur la sexualité compulsive
Les fantasmes et la Réalité
Dépendance au Chat sur internet
L'enfer du cyber sexe
La pornographie, sujet tabou ?
Venez rejoindre les dépendants et conjointes de dépendants pour partager cette addiction
 
 

Acheter Les dangers du sexe sur Internet



Tous les témoignages sont authentiques. Seules les fautes d'orthographe ont été corrigées.
Le nom des internautes et leur email ont été masqués afin de préserver leur vie privée.

et

masturbation excessive

Mon mari consulte des sites de
J'ai peur de devenir pédopornodépendant
Une sorte de seconde personnalité prend le dessus...
Je n'ai pas de plaisir en dehors du X
Je me masturbe tous les jours
Je suis accro au X depuis l'âge de 10 ans
Avec ma conscience de chrétien
J'ai de la chance d'avoir une amie qui m'aime...
Je vous promets de tenir ma promesse

Partager


 
Mon mari consulte des sites de

Je suis vraiment très heureuse d'avoir accès à votre site. Je suis mariée depuis 18 ans. Je suis âgée de 49 ans et mon mari est âgé de 67 ans. Nous avons eu ensemble deux garçons aujourd'hui âgés de 12 et 15 ans. La vie intime sexuelle a toujours été problématique entre mon mari et moi. Mon mari est incapable de soutenir une érection donc pas de pénétration. Il perd également son érection ou souffre d'éjaculation précoce dès les premiers instants que je le caresse. De même dès qu'il me caresse, il perd son érection. La sexualité ne peut se vivre que dans le noir, sans préliminaire, en 1 ou 2 minutes. pourtant j'ai une grande disponibilité sexuelle et je souffre beaucoup de cette situation. Au début, mon mari me disait que c'était de ma faute, que je ne prenais pas suffisamment d'initiative etc. J'essayais de développer mes initiatives mais cela s'avérait toujours un échec. Je me suis ainsi sentie profondément coupable et responsable de cette situation et j'acceptais tout de même de le masturber. Ce qui se faisait sans tendresse, sans amour comme il le souhaitait.
Finalement il a consulté un psychothérapeute pendant trois ans. Je souhaitais sincèrement que suite à cette thérapie la situation s'améliore. Mais, mon mari est devenu agressif et colérique dans la vie quotidienne et n'avait soit pas envie de sexe avec moi ou répétait le même pattern. Pourtant son discours était qu'il m'aimait, qu'il ne voulait pas me perdre, qu'il souhaitait vivre une sexualité saine avec moi, qu'il me désire, que j'ai un beau corps etc.

R: Apparemment, il n'a pas abordé le sujet de la compulsion sexuelle (qui doit remonter à son adolescence) avec son psy? Ou il n'a pas trouvé le bon!

Dernièrement, j'ai découvert que mon mari fréquente de manière compulsive les sites pornographiques hard: (fille et garçon), transexuel, homosexuel et . Aucun site de femmes à gros seins. Mais plutôt des jeunes filles à peine pubère qui n'ont pas ou très peu de seins et des jeunes garçons ou des chiens.
Je suis sous le choc! Quoi penser de tout cela ? Il minimise la situation, porte la faute sur la facilité d'accès internet etc. Il prétend qu'il ne touchera plus à internet. J'ai beaucoup de difficulté à croire à la rémission de la situation. Car il y a déjà eu beaucoup d'années, beaucoup d'efforts et beaucoup de patience pour pourtant en arriver là.

R: Vous avez sacrifié ces années par amour et votre mari n'a pas réussi à résoudre son problème jusque là. Mais donnez-lui une chance de s'en sortir. Cela prendra du temps mais s'il est motivé et que vous sentez qu'il vous aime vraiment, il en sortira. Il est entré dans un engrenage qui l'a mené progressivement au plus sordide mais, sans vouloir l'excuser, il s'est fait tout simplement piéger. Quand un dépendant en arrive aux images de pour s'exciter, c'est qu'il est arrivé au fond et qu'il est prêt à se remettre en question. En s'identifiant à un chien, il en arrive à un dégoût de lui-même et c'est cela qui le sauve (s'il accepte de voir la réalité en face).

Je peux vous dire que je me sens bien basse, plus basse qu'un chien en tant que femme.

R: Vous n'avez pas à vous sentir basse ! c'est lui qui devrait l'être! Ne vous identifiez pas à ces femmes, surtout pas!

Et, je me sens très inquiète pour mes garçons. Vont-ils souffrir du même mal? Comment puis-je déceler chez eux si ils ont un trouble au niveau sexuel. Devraient-ils, à titre préventif, consulter eux aussi un psychologue? J'espère avoir une réponse de votre part.

R: Demandez-leur s'ils vont de temps en temps consulter des sites X sur le Net et vous le saurez. Mais soyez détachée et si c'est le cas, faites-leur passer le test sur mon site. Pour les jeunes, c'est plus facile de s'en sortir...


Orroz


 
 
J'ai peur de devenir pédopornodépendant

"Je découvre un peu tard votre site dont les témoignages correspondent exactement à ce qui se passe en moi.
J'ai 50 ans marié depuis bientôt 30 ans. 2 enfants, et une petite fille de 15 mois. J'aime mon épouse et je crois sincèrement qu'elle m'aime depuis toujours. Ma honte est immense car depuis 3 ans je surfe sur des images pornographiques et elle l'ignore ou feint de l'ignorer, honte d'autant plus immense que j'ai visité des sites . J'en ai retiré peu de satisfaction, mais le mal est fait. Je suis rongé par le remord et aussi la peur et la honte de salir les miens par mes actes.
Je ne suis pourtant pas , mais j'ai cédé à des pulsions en regardant des sites pornos de plus en plus explicites qui m'attiraient inexorablement vers le plus horrible. Je me suis laissé aller vers des sites pornos qui m'ont conduit insidieusement vers des images que je n'avais jamais imaginées auparavant.
Je suis coupable et j'ai peur aujourd'hui, car la justice me rattrapera. Comment supporter cette humiliation ? Mon épouse me pardonnera-t-elle, supportera-t-elle cette situation, mes enfants également ?
Je n'ai jamais eu le moindre écart de conduite envers de telles choses, mais je sais que l'on me jugera sur les faits car j'ai commis des actes interdits. J'aimerais tant revenir en arrière sur cela, d'autant que je n'ai pas pris de plaisir à çà.
Me repentir ? mais comment quand il est trop tard.
Suggérez-moi quelque chose. dois-je tout avouer aux miens, à la police ? Aidez-moi."
 
R: Tout d'abord, enlevez-vous l'idée de la tête que vous êtes un : un vrai est un adulte qui a des rapports sexuels (même de simples attouchements) avec des enfants en exerçant un pouvoir d'adulte: intimidation, menaces, etc. D'ailleurs dans ce cas, c'est plutôt un pédocriminel! Est-ce votre cas ? D'après ce que vous dites, non. Vous avez surfé sur des sites , point. Cela peut arriver au compulsif sexuel lorsqu'il devient de plus en plus accro, et donc exigeant, aux sites X.  Les "vitrines" qu'offrent les sites amènent le compulsif sexuel à surfer vers des  sujets de plus en plus sordides: . Cest la curiosité (une curiosité malsaine) qui pousse à cliquer, à pousser la porte et cela les webmasters de ces sites le savent bien: le gogo se fait PIEGER !
C'est ce qui vous est arrivé. Je dis cela non pas pour excuser votre déviance (vous êtes votre propre juge) mais pour que vous cessiez de culpabiliser à outrance. Non, vous n'avez pas à vous livrer à la police. Qu'est ce que cela changerait? Vous vous sentiriez encore plus honteux, dévalorisé et coupable. En revanche, il est urgent que vous vous preniez en main en adoptant des résolutions FERMES, telles qu'elles sont décrites dans "Commencez à décrocher". Imprimez toutes les pages qui peuvent vous aider et relisez-les autant de fois qu'il le faut pour que votre cerveau archaïque enregistre, et surtout: PRENEZ RDV AVEC UN PSYCHOTHERAPEUTE.
Tenez-moi au courant, OK?

 
"Merci de m'avoir répondu. Cela m'a aidé à reféchir différemment. J'ai passé le week-end à lire les témoignages et à y réfléchir. Je sais que je ne suis pas le seul gogo, mais pourquoi ai-je succombé ? surtout à des sites, ce que je ne me pardonne pas, d'autant que je suis certain de ne pas y prendre le moindre plaisir.
Réagir le plus vite possible, admettre que je ne suis pas si répréhensible que çà. Prendre de bonnes résolutions. C'est ce que j'ai déjà fait en détruisant toutes les photos, films, accès, contacts à des sites de rencontre. Pour l'instant, tout accès sur internet pour des raisons normales me remémore les sites que je visitais, j'y pense sans arrêt. La tentation n'y est pas, mais je redoute l'instant où je risque encore de craquer."

 R: Vous avez pris de bonnes résolutions et je vous en félicite. Cest le premier pas. Ensuite, il faut s'y tenir et cest le plus difficile au début. Mais je sens que vous devenez CONSCIENT de votre dépendance et c'est une bonne chose.

 "Les rapports intimes avec mon épouse se sont fortement espacés depuis un bon moment, il y a un malaise des deux côtés. Je pense qu'elle le ressent, mais elle n'a jamais pu ou voulu parler de ces problèmes, ce dont j'ai toujours souffert. Quand j'essaie de parler de mon hypersensibilité aux choses du sexe, elle me dit que pour elle, ces choses là sont simples, et qu'elle n'a aucun fantasme, qu'elle est bien comme çà.

R: Oui, effectivement, les femmes ont moins de fantasmes (généralement) que les hommes. Elles sont plus enclines à rêver mais de façon romantique, pas uniquement sexuelle.

 "Un de mes fantasmes : J'adore son sexe épilé, le mien aussi; elle s'épile parfois mais elle ne ressent pas le besoin ou l'envie de le préparer régulièrement."

 R: Ce fantasme est lié à votre enfant intérieur, qui a du être blessé dans l'enfance (abandon, rejet, trahison).  Aussi vous refusez tout ce qui rappelle l'ADULTE  (les poils), d'où l'attirance pour les jeunes pubères. C'est pour cela que je vous ai conseillé d'aller consulter un psy.

A lire également cet article:
Assistance aux personnes en prise avec des attirances pédophiliques
Si vous êtes déjà passé à l'acte, lisez d'urgence "Rompre le silence"
Si vous voulez vraiment vous racheter, faites des dons à l'une de ces deux associations qui luttent contre la misère des enfants et le tourisme sexuel:
"Les amis de Père Pedro" de Madagascar
"L'ACPE" (association contre la prostitution des enfants)

Orroz



 
Une sorte de seconde personnalité prend le dessus...

"...Bref ce que je vis depuis 2 ans c'est l'extrême, et bien sûr, les conseils donnés pour se défaire du problème et ne pas rechuter, je les ai au moins essayés plus d'un millier de fois. Moi non plus, jamais de ma vie je n'aurais pensé en arriver à une sexualité compulsive sans repos. Quelque part sur le site, il y a ce message qui s'appelle "j'ai peur de devenir , et je dois dire que l'expérience de cette personne, c'est ce que j'ai vécu au tout début, je me sentais pris à l'étau de quelque chose que je ne pouvais pas assumer, une fois le "shoot" terminé (souvent plusieurs fois par jours, mais la première fois de la journée peut durer jusqu'à six heures, et oui...), c'est comme si une sorte de deuxième personnalité reprenait le dessus, un peu comme un mari qui vient de battre sa femme, prend conscience de ce qu'il a fait.. En tout cas, au début c'était comme ça, et j'ai de plus en plus peur car j'avais l'impression que je ne contrôlerais les choses que de moins en moins bien, que toutes mes névroses sexuelles alaient prendre le dessus sur la vie réelle, etc. ...
Mais j'ai eu l'opportunité d'apprendre à gérer et me débarrasser de ma culpabilité d'une part, de relativiser les choses, de mieux comprendre ce qu'est réellement une addiction, ce qu'elle m'apporte, et ce qu'elle m'enlève... symboliquement, je n'en suis qu'à la moitié du chemin mais je peux dire haut et fort que je suis fier du chemin déjà parcouru, et que ça vaut plus que le coup....
Sans parler de l'enfer que réprésente cette addiction sur l'hygiène de vie, comme ne pas pouvoir s'arrêter pour manger à l'heure, ne plus faire les taches ménagères jusqu'à attendre encore plus longtemps que le dernier moment, et je ne parle pas des fatigues occulaires quand on travaille déjà huit heures par jour derrière un ordinateur.
Une des conclusions que j'ai tiré ... est que souvent, on se dit toxicomane parce que l'on a besoin d'être toxicomane dans sa tête... Il faut simplement savoir relativiser, ce qui est important, c'est de ne pas culpabiser, de ne pas se rejeter soi-même.
En un sens, la culpabilité est toujours quelque chose d'hypocrite ... ça émane tout simplement de quelqu'un qui ne s'assume pas... Une des clefs de la guérison, c'est de s'accepter tel qu'on est, vraiment tel qu'on est! Ce n'est pas en ignorant un problème qu'on le guérit, ce n'est pas en ignorant ses frustrations, colères etc.. qu'on les fait disparaître. Une part de la guérison réside dans l'acceptation de soi. Maintenant, si le problème a pris place, c'est qu'il y avait une place à prendre, un endroit de vulnérabiité, et c'est la qu'il faut traiter ensuite le problème....

R: merci pour votre (long!) témoignage qui est particulièrement édifiant...
On voit que vous avez fait déjà un long chemin et vous avez passé les caps les plus importants : prendre conscience de sa dépendance, puis la gérer afin qu'elle devienne moins obsédante, puis regarder en face sa culpabilité afin de mieux s'accepter soi-même. Vous en êtes à la phase la plus importante: voir où l'on est vulnérable afin de "tuer le mal à la racine" avant qu'il ne se manifeste.
Je suis certain que vous ne baisserez pas les bras car on sent une forte détermination dans vos propos. Continuez le combat !


Orroz

 


Je n'ai pas de plaisir en dehors du porno

Je viens juste de découvrir votre site en cherchant un moyen de sortir de ma dépendance à la pornographie. J'ai 23 ans, je vie seul et me plonge régulièrement dans des sites ou chats pornographiques ce qui entraîne un besoin de masturbation tout aussi régulier. Je souffre énormément de cette solitude.

R: Et vous êtes dans un cercle vicieux car la masturbation compulsive n'arrange rien bien au contraire puisqu'elle favorise et entretient la solitude...

Je ne sais pas si c'est à cause de cette dépendance aux images et aux textes crus, mais je n'ai jamais connu un plaisir sexuel avec une partenaire. Je pense être atteint d'une forme d'impuissance. Mes érections sont tout à fait normales, mais lors d'un rapport, la lassitude fait que je me décourage et me déconcentre pour finir mes rapports en ayant pris aucun plaisir physique. C'est ce qui m'a permis une sorte de remise en question sur mon état de dépendance. L'excitation est tellement intense lorsque je pense à la pornographie, que je n'en ressens plus pour mes compagnes.

R: En effet, certains accros n'arrivent plus à se satisfaire d'une relation sexuelle normale.

Malheureusement, étant apprenti, je n'ai pas les moyens financiers nécessaires à une thérapie suivie par un psychothérapeute. J'ai extrèmement besoin d'aide. Dès ce soir, je balance tout ce qui traîne chez moi et qui touche à la pornographie. Je suis très heureux d'avoir lu les témoignages présents sur votre site et j'accepterai volontier que vous y ajoutiez mon témoignage en tant que tel. J'attends une réponse de votre part avec une grande impatience. Aidez moi s'il vous plaît.

R: Dans la mesure de mon temps, je peux vous aider. Mais commencez par imprimer toutes les pages de mon site et relisez les souvent. Suivez aussi les conseils en cas de rechute et sachez que vous n'en êtes qu'au début alors NE VOUS DECOURAGEZ PAS! Cela prendra le temps qu'il faudra, OK?


Orroz

 

Je me masturbe tous les jours

Bravo et merci infiniment pour votre site que je qualifie d'utilité publique ! !
Quel bonheur d'avoir enfin pu mettre un terme sur ce que je pensais être une 'maladie'. Cela fait bientôt 3 mois que je déprimais et de longues discussions avec ma femme ont permis de mettre le doigt sur mon vrai problème. Lorsque ma femme m'a demandé : 'Mais que fais-tu de tout ce temps libre entre midi et deux' ??? Un grand tilt s'est déclenché et le dialogue a pu s'installer, trouvant ce qui effectivement était la cause de toutes ces intérrogations. (Suis-je bien en couple ?, Suis-je malade ? Est-ce un rejet d'enfance ou d'adolescence ?) Toujours est-il que j'avais compris qu'il fallait que je fasse le deuil de quelque chose, prendre un virage... mais quoi, et comment ?? Je précise que ces coups de déprimes et d'angoisses sont intervenues au moment ou avec ma femme nous espérons mettre un enfant au sein de notre couple.
Je compte depuis 2 jours maintenant m'en tenir et réaliser votre 'méthode'. J'ai rendez-vous avec une psychiatre jeudi avec qui je compte bien lui exposer ma dépendance au sexe et surtout à la masturbation. Sera-t-elle la bonne personne, je l'espère, c'est mon premier rendez-vous avec ce genre de médecin.
Depuis très jeune je me masturbe tous les jours, tous les jours... et depuis mon indépendance à l'âge de 20 ans (= accès enfin à la pornographie sans à avoir à tout cacher dans sa chambre ! !) je suis plongé pire encore dans cet interminable processus sexuel et individuel qui me déprime et me causait de sérieuses crises d'angoisses il y a quelques semaines encore. Ca va beaucoup mieux aujourd'hui. Les longs dialogues ont permis de trouver des failles, tant au niveau de ma mère et de mes parents. Un rejet d'éducation, de la famille... bref, je ne vous apprends rien et ne vous étonne pas ! ! ! J'ai pu discuter avec mes parents de choses que je n'avais pas accepté lors de ma jeunesse et mon enfance, et de les avoir vu déménager pour une autre région, il y a maintenant 4 ans à plus de 500 km de chez moi. Les pleurs et larmes avec eux ont fait du bien, mais il y a le cap d'acceptation de la situation.
    Mes questions sont les suivantes et si vous trouvez quelques minutes pour me répondre, vous me serez d'un grand encouragement et je vous en remercie d'avance.
- Vous préconisez de rencontrer un thérapeute. Quel genre de médecin entendez-vous par là ?? Psychologue, Psychothérapeute ? Psychiatre ? Psychanaliste ???

 R: Un psychiatre ne fait qu'écouter ce que vous lui confiez sans trop donner de conseils, sauf s'il est ouvert aux nouvelles approches thérapeutiques. Un psychothérapeute est plus efficace mais encore faut-il qu'il soit honnête et qu'il vous corresponde. J'en ai rencontré un au début de mon travail sur ma dépendance qui ma dit: "Mais monsieur, ce nest pas grave! vous voulez être parfait? " Je n'y suis jamais retourné...

 - Je compte pour m'aider suivre des cours de relaxation avec des personnes que je connais. Pensez-vous que cela pourra m'aider à 'renforcer' ma capacité à ne pas replonger ?

 R: oui, bien sûr car ces séances vous permettront de sortir de votre tête, et de faire des prises de conscience.

  - J'ai un besoin de marcher, marcher ! Est-ce là ma nouvelle façon de me guérir sachant que je ne suis pas du tout sportif et qu'aucun sport ne m'attire ni ne m'attirera ?

 R: et bien marchez ! marchez autant que vous le souhaitez!

 - Pensez-vous que la masturbation excessive sans images X, et l'envie de se masturber ressentie à n'importe quel moment de la journée (genre : le picotement et chatouillement localisé !) sont dûs à tous les fantasmes acquis au fur et à mesure des consultations pornographiques ?

 R: tout ce qui est excessif est forcément nuisible à léquilibre. Oui, l'envie est dûe à cette accumulation. Cest pour cela qu'il faut commencer par réduire au maximum, comme pour la cigarette.

 - Est-ce normal de penser qu'on ne va tenir que 3 semaines ou 5 puis retomber par la suite (même dans un an), car on a l'impression que ce besoin circule dans notre sang depuis toujours et ce ....... à vie  ! ! ????

R: oui, c'est la peur d'échouer. Mais "à vie", cela ne tient qu'à vous ! Comme je l'ai déjà dit se sevrer prend un an minimum mais c'est la seule façon de guérir de cette addiction. Les rechutes sont inévitables mais elles permettent de mieux cerner les raisons pour lesquelles on est fragile.

- Comment aborder jeudi le sujet avec mon médecin ? Combien de séances cela risque-t-il de durer ?

R: dites-lui d'entrée, c'est le plus simple, comme cela vous verrez si c'est le bon pour vous. Comptez quelques mois tout  de même, et changez de psy si vous voyez que vous faites du sur place.

 - Enfin, le plus encourageant : Comment êtes-vous aujourd'hui, vous qui avez su sortir de ce trou noir ? Vous arrive-t-il, en toute objectivité de vous masturber... de temps à autres ?? Combien de temps avez-vous mis pour sortir de ce cyclone ? Ressentez-vous ce manque encore aujourd'hui ou pensez-vous être re-né d'une nouvelle vie dont vous aviez toujours rêvé (et dont je rêve ! )???

R: Je ne vous cache pas que cela a été difficile et long (pour ma part, un an et demi). Mais quelle libération, quand on sort de la dépendance ! Cependant, je suis conscient de ma fragilité et je ne prends pas le risque d'aller "jeter un petit coup d'oeil" même sur des sites érotiques.
Je ne me masturbe plus du tout car je suis marié et nous avons découvert une nouvelle façon de faire l'amour (le Tao sexuel) qui a donné un nouveau souffle à notre couple (voir la page des "conseils").


 Je pense que ces questions vous sont posées maintes et maintes fois, et je m'en excuse. Merci de votre soutien et je ne manquerai pas de vous tenir informé de l'évolution de ma nouvelle vie qui commence dès aujourd'hui !

R: Bon courage ! Recevez mes salutations


Orroz


Je suis dependant au sexe virtuel depuis l'âge de 10 ans

"Je ne sais pas trop où commencer .... bon premièrement je suis si heureux d'avoir trouvé votre site. Il comfirme ce que j'avais commencé à réaliser par moi même ... je suis vraiment accro au sexe. Depuis que j'ai 10 ans je vais sur internet pour trouver des photos et vidéos. J'ai maintenant 21 ans et je suis toujours accro !!!
ça fait très long comme dépendance vous savez.... plus d'une fois j'ai tout supprimé (liens, photos, vidéos, etc) mais je rechutais toujours parce que je me disais "pourquoi me priver de ce plaisir"; sauf que je ne me rendais pas compte que toutes les heures passées devant mon ordinateur j'aurais pu les prendre pour étudier ou bien seulement pour dormir. Il y a maintenant 2 jours que j'ai vraiment décidé de tout arrêter. J'étais rendu à dormir seulement 5 ou même 4 heures par nuit ... vous comprenez que c'est toute ma vie qui est affectée.

R: Je comprends, en effet, et sachez qu'il y en a des dizaines de milliers comme vous (en France) et des millions dans le monde. Une "pollution émotionnelle" qui fait plus de ravage que les marées noires car on ne la voit pas! C'est tout le danger d'Internet et de ses dépendances.

Donc comme je vous disais, j'ai décidé de tout arrêter il y a 2 jours parce que je suis tombé sur votre site par ÉLISA ... j'allais lire les problèmes des autres parce que ça m'excitait !!! Je sais pas pourquoi je crois que cette fois ça va fonctionner mais je pense que c'est seulement parce que j'y crois vraiment et parce que mes notes à l'école en ont vraiment pris un coup!!!!

R: C'est bien, on sent que vous êtes motivé. Mais sachez que la lutte sera dure.
Le cerveau archaïque est programmé, dans votre cas, depuis 11 ans ! Il aura donc tendance à réclamer sa "dose" de X.


Je vais vous parler un peu de ma situation parce que je ne crois pas que je suis seul comme ca .... Premièrement je suis avec ma copine depuis 5 ans et nous avons des rapports sexuels au moins 2 fois par semaine ... on s'aime ça va bien mais je vais quand même voir des sites ... juste pour voir ... pour le plaisir ... pourquoi je m'en priverais ... VOILA OU EST MON ERREUR!!! J'avais pas réalisé que je prennais TOUS mes temps libres à aller chercher du sexe juste comme ca ....

R: Rendez-vous compte de la chance que vous avez d'avoir une copine qui vous aime ! La plupart des accros sont célibataires et c'est d'autant plus dur pour eux d'arrêter.

Je suis sûr que plusieurs autres personnes vont se reconnaitre dans ce que j'ai dit et je veux leur dire de prendre quelques minutes pour vraiment réaliser le nombre d'heures qu'ils GASPILLENT pour aller chercher un petit plaisir qui ne dure qu'un maximum de quelques dizaines de secondes

R: En fait, ce "petit plaisir" qui est l'orgasme procuré par l'éjaculation n'est que l'aboutissement de l'excitation qui est la véritable dépendance. Cette excitation qui peut durer des heures, voire des jours entiers pour certains accros qui courent après toujours PLUS d'excitation. Et c'est l'engrenage...

Je vous remercie d'être là... tellement de gens on besoin de vous ... et ce ... sans le savoir. Mais j'ai une question : " j'ai remarqué que lorsque je me mettais à aller voir des sites, et que plus mon excitation augmentait, je ressentais toujours un besoin de plus en plus fort d'en voir plus. Comme si une drogue s'installait en moi et me rendait dépendant. Alors est-ce vraiment ce qui ce passe dans mon corps ??? Est-ce que c'est la même chose qui se passe dans la tête d'un aggresseur sexuel??? si oui il n'est donc pas vraiment en contrôle de lui lors de son acte ???

R: Tout à fait! C'est UNE DROGUE DURE, comparable à l'héroïne. D'ailleurs, une étude scientifique est en cours pour le prouver. Cela permet de relativiser le jugement que l'on peut porter sur les pédophiles ou les violeurs, n 'est-ce pas? Sans pour autant leur donner des excuses, on comprend mieux comment on peut en arriver à perdre totalement le contrôle de soi et commettre l'irréparable.
Merci pour vos encouragements.


Orroz


 
Avec ma conscience de chrétien...

Je reprends contact après une interruption de plusieurs semaines.
Tout d'abord ma dernière rechute après environ 3 semaines d'abstinence. Situation classique où je me suis retrouvé seul à un moment donné dans la maison de mes parents avec la possibilité de trouver des images érotiques. D'autres victoires aussi, puisque dans la même situation quelques semaines auparavant grâce à la prière du chapelet (si vous connaissez) j'ai pu trouver refuge, soutien, consolation et force.

R: très bien! vous voyez, les rechutes s'espacent peu à peu et votre foi vous permet de trouver la force de résister à la tentation.

En ce qui concerne la psychanalyse que je poursuis assidûment et la question de la culpabilité, je voulais vous partager l'énorme bienfait de toute l'oeuvre de déculpabilisation de ma psychothérapeute dans ce domaine. C'est comme une chape de béton qui pesait sur moi et qui parvient à se soulever et à laisser passer un rayon de lumière. J'ai pris conscience de tout le négatif que comportait cette culpabilité souvent très forte chez moi. En fait, elle ne fait qu'aggraver le mal. Car déjà dans ma conscience de chrétien et si je veux vivre en tant que tel je suis appelé à abandonner cette pratique de la masturbation et d'un point de vue humain je désire toujours ardemment me libérer. Je crois même que ce désir, c'est Dieu qui l'a mis dans mon coeur. Dans une telle situation, la culpabilité ne fait que rajouter une douleur à une autre douleur et de savoir que je suis tombé dans ce piège malgré moi, q ue je n'avais même pas le choix au regard de mon histoire personnelle, m'apporte un immense soulagement. En plus, dans tous les cas, culpabilité ou pas, la dépendance sexuelle est toujours là, alors pourquoi rajouter cette culpabilité ?? La psy me réconcilie avec moi-même alors que la culpabilité me désunit car je suis moi-même le juge le plus intransigeant envers moi.

R: Dieu n'a jamais jugé qui que ce soit puisque Dieu est Amour. Ce sont les hommes qui jugent et qui se jugent, ce qui amène la culpabilité et par suite, la honte, et par suite le non-amour de soi et par suite... les comportements compulsifs. Vous avez donc trouvé à qui confier vos problèmes: c'est le début de la réconciliation.

Pour ce qui est des images dans la masturbation, malgré mes efforts pour suivre vos conseils force est de constater mon échec ! En fait, pour obtenir la jouissance par l'éjaculation, ce qui est le but recherché alors, je suis obligé de me représenter des images car sinon l'érection cesse et je n'atteins pas ce but. Alors que faire ou que penser de tout cela ?

R: tant que vous aurez BESOIN d'images, vous ne pourrez contrôler votre désir, donc évitez de vous exciter pour rien! Le jour où vous saurez prendre du plaisir à vous caresser (sauf si vous trouvez une compagne) sans ce besoin et surtout sans culpabiliser, vous ferez la PAIX avec votre corps, avec votre sexe et avec votre enfant intérieur.

Sinon pour l'anecdote, avez-vous déjà entendu sur les ondes radio cette chanson dont les paroles semblent évoquer le plaisir solitaire qui répète sans cesse « tout le monde le fait » depuis que le monde est monde, dont je ne connais pas le titre exact ni l'auteur mais qui parle d'intimité, qu'il n'y pas de mal à se faire du bien, etc ?

R: oui, c'est Ophélie Winter qui fait un tabac avec ce titre dans lequel se reconnaissent beaucoup de jeunes actuellement et pour cause: il n'y a jamais eu autant de célibataires (en Occident) depuis que le Sida d'une part a freiné les élans sexuels et que... la pornographie a envahi les maisons! Que cela déculpabilise, c'est un bien (vous en êtes la preuve) mais on ne mesure pas encore l'ampleur de cette misère sexuelle... Se masturber est loin d'être un péché ou une honte, ce qui l'est ce sont les supports visuels, les fantasmes et les projections de toutes sortes qui éloignent de la notion de plaisir sain et des vraies valeurs de l'Amour. Que veulent les hommes? Un monde de robots? Je ne pense pas...

A bientôt! et bon courage.
Orroz

PS: pour les chrétiens, voici une prière de Neuvaine: "Prière à Marie qui défait les noeuds" qui peut les aider (à réciter tous les matins pendant neuf jours avec ferveur et conviction)

"Vierge Marie,  

Mère du bel Amour,
Mère qui n’a jamais abandonné un enfant qui crie au secours,
Mère dont les mains travaillent sans cesse
Pour  ses enfants bien aimés,
Car elles sont poussées par l’Amour divin  
Et l’infinie Miséricorde qui déborde de ton cœur,
Tourne ton regard plein de compassion vers moi.

Vois le paquet de  « nœuds » qui étouffent ma vie.
Tu connais mon désespoir et ma douleur.
Tu sais combien ces nœuds me paralysent.  

Marie, Mère que Dieu a chargée de défaire
Les  « nœuds » de la vie de tes enfants,
Je dépose le ruban de ma vie dans tes mains.
Personne, pas même le Malin, ne peut le  soustraire
A ton aide miséricordieuse.
Dans tes mains, il n’y a pas un seul nœud
Qui ne puisse être défait.

Mère  toute puissante, par ta grâce et par ton pouvoir d’intercession
Auprès de ton Fils Jésus, mon Libérateur,
Reçois aujourd’hui ce "nœud " (le nommer) 

Pour la gloire de Dieu, je te demande de le défaire,  
Et de le défaire pour toujours.
J’espère en Toi.
Tu es l’unique Consolatrice que Dieu m’a donnée,
Tu es la forteresse de mes forces fragiles,
La richesse de mes misères,
La délivrance de tout ce qui m’empêche d’être avec le Christ.  

Accueille mon appel.
Garde-moi, guide-moi, protège-moi.  
Tu es mon refuge assuré.
Marie, Toi qui défait les "nœuds", prie pour moi.
Amen"


 
J'ai de la chance d'avoir une amie qui m'aime...

"J'avais promis de vous donner des nouvelles! Bon, je ne vais pas vous cacher que c'est très dur.
Après avoir pris contact avec vous, je me suis senti libéré et j'ai perdu tout intérêt pour le X. Mais, au bout de 6 semaines sans tentation, un coup de stress m'a expédié directement sur internet et tout s'est écroulé! J'ai repris à zéro mais en durant toujours moins longtemps.

R: vous voyez? C'est la prise de conscience et la volonté de s'en sortir qui permettent de mettre en place cette "distance". Et un jour, on se sent prêt à tout lâcher...

A côté de ça je cherche toujours le psy idéal. L'un ne voit pas le problème, l'autre était parfait mais... extrêmement cher (ça entre en compte aussi!), et le courant ne passait pas avec le suivant. Bref, ça prend du temps et ça demande un effort énorme de redire les mêmes choses à chaque fois.

R: oui, mais vous avancez! et c'est ça qui compte.

J'ai bien lu les nouveaux témoignages et les nouvelles pages de votre site et je dois dire que je réalise chaque fois combien j'ai de chance d'avoir une amie qui m'aime autant. Car là où bien des hommes sembleraient heureux de voir leur compagne accepter leur problème, la mienne les comprend et cela me donne une force qui m'a tenu écarté de bien des tentations auxquelles certains semblent finir par céder.

R: oui, gardez-la précieusement!

Pour ce qui est de mon cas personnel (on ne sait jamais, certains s'y reconnaîtront peut-être) je suis en tous cas désormais capable de voir certaines des causes qui m'ont menées là : une angoisse tapie au fond de moi et dont je cherche maintenant les raisons. L'une d'elles est mon manque total de références masculines (père quasi-absent et autoritaire, frère différent, pas d'amis ni confidents garçons enfant, aucun dialogue sur la sexualité avec d'autres hommes, etc). Ce manque de repères m'a laissé avec, pour toute image de la masculinité, les images véhiculées par les médias et... le X (qui sont les mêmes : pas un talk-show sans inviter une "star du X"). Or, ne correspondant pas à ces images caricaturales et hors normes, elles n'ont fait que me renforcer dans la certitude que je n'étais pas capable d'être un "vrai homme". Rongé par cette idée, je me suis rassuré régulièrement en allant constater que la sexualité sauvage de ces "modèles" m'excitait bel et bien. Ce qui me prouvait que j'avais somme toute quelque chose en commun avec ces hommes avertis qui soumettaient les femmes à leur désir, comme il semblait de rigueur dans les modèles de notre société. Très rassurant ça : dominer l'autre, quitte à le faire par procuration par une meute d'acteurs aux sexes turgescents.

R: Et oui, merci les medias! et merci les dirigeants de nos pays occidentaux (USA en tête) qui ont compris comment réduire les hommes en esclavage. Car il s'agit bien d'un nouvel esclavage: celui du sexe virtuel.

Ce qui m'amène à compléter une de vos remarques sur les fantasmes sexuels. Vous dites que le X donne une image dégradante de la femme. Je pense qu'il donne également une image terriblement dégradante de l'homme et que ce point n'est jamais soulevé par les détracteurs de la pornographie. On finit par penser que le mal est de faire subir ces choses aux femmes, pas d'avoir besoin de les pratiquer et par accepter que les hommes sont ainsi, assoiffés de sexe 24h/24, brutaux, pervers, complices dans leurs fantasmes.

R: bien sûr! car ceux qui font du fric sur les fantasmes sexuels (publicitaires en tête) se foutent royalement si ça obsède les hommes, mais vous avouerez que c'est la femme qui en subit le plus les conséquences.

Pour finir, à ceux qui voudront s'y risquer, je voudrais quand même conseiller de laisser la chance à votre compagne/compagnon de comprendre. Sans lui parler, vous ne lui laisserez jamais cette chance.
Ah! Au fait! Malgré tout ça, et sans être tiré d'affaire, nous allons bientôt nous marier.
Merci encore et bonne chance à tous!

R: Alors, je vous souhaite à tous deux une vie à deux pleine d'amour, de tendresse et de joies à partager!


ORROZ

 



 
Je vous promets de tenir ma promesse

Votre site est remarquable, merci.
Mais c'est là un triste merci, car malgré la prise de conscience de mon état je ne parviens pas à me défaire de ma dépendance. Je me retrouve dans la plupart de vos témoignages. Vous êtes la première personne à qui je me confie. Ma solitude dans ce mal est grande et je ne peux me confier à personne sans briser beaucoup de choses ou sans blesser ceux qui m'entourent et qui n'ont aucune responsabilité dans mes obsessions. Dans le monde réel avec des humains réels je suis un homme comblé. Mes proches, qui m'aiment et que j'aime, n'ont pas à payer de leur tranquillité pour mon problème. Mon comportement ne déborde pas sur eux et je suis convaincu qu'ils auraient beaucoup de mal à me croire. Je pourrai continuer, me disant que je ne fais de mal à personne, que malgré cette dépendance je n'ai jamais dévié d'une sexualité classique sans "perversions". Mais je souffre de plus en plus et de nombreux projets, que j'avais autrefois n'ont jamais vu le jour à cause de cette folie.
Si je vous écris maintenant, un jour comme les autres dans mon calvaire, c'est qu'il est temps de prendre un engagement face à quelqu'un, et non plus face à moi seul. Comme une promesse qu'à présent je dois tenir plus encore puisqu'il y a un témoin, et parce que vous semblez disposé à nous aider sans jugement. Pour cela je vous remercie infiniment. Je suis convaincu que vous acceptez ma "confession".
Alors comme lorsque j'étais petit, et heureux, et pour le redevenir, je vous fais ma promesse et je m'y tiendrai !!!!
Nous sommes vendredi 10 octobre il est 19h30 et je promets de suivre et respecter vos conseils, que je connais déjà très bien depuis quelque mois.
PS: Je ne suis pas croyant pratiquant, c'est pourquoi il est bon de savoir qu'il y a quelqu'un qui se charge de ramasser le bouteille à la mer.
Merci encore.

R: Je suis très touché que vous me preniez pour unique témoin pour faire cette promesse. Mais n'oubliez pas que c'est A VOUS que vous l'avez faite en premier. Bravo pour cette prise de décision !


Orroz

(© Orroz 2003-2013)


Le Livre d'Orroz

Acheter Les dangers du sexe sur Internet